Pourquoi? Comment?

Pour quelles raisons?

Les situations qui amènent chez un psychologue clinicien sont nombreuses et variées. Elles sont toutes différentes, toutes uniques. Cependant, elles ont probablement toutes un point commun: la souffrance qu’elles génèrent. Cette souffrance, ou ce mal-être, peut provenir de troubles physiologiques ou psychologiques mais aussi, assez souvent, survenir à la suite d’événements qui ont créés les conditions d’un mal-être ou d’une pathologie.

Si vous avez une étiquette qui semble définir votre mal, Emmanuel aide des personnes ayant des difficultés liées:

Pour les enfants et les adolescents:

  • aux troubles du comportements,
  • aux Troubles Pédiatriques Alimentaires,
  • au harcèlement scolaire,
  • aux angoisses et terreurs nocturnes,
  • aux phobies,
  • au traumatisme,
  • au deuil.

Pour les adultes

  • à l’épuisement professionnel (Burnout),
  • à la dépression,
  • à l’anxiété,
  • aux phobies,
  • au questionnement sur leur chemin de vie,
  • aux difficultés de couple,
  • à l’identité sexuelle,
  • au haut potentiel intellectuel,
  • aux traumatismes (harcèlement, violences psychologiques, physiques et/ou sexuelles, accidents),
  • au perfectionnisme,
  • aux maladies lourdes ou
  • à l’anhédonie.

Comment?

Chaque cas étant unique, chaque chemin va être différent. Il y a cependant un ensemble de points clés, d’étapes et de piliers qui sont communs à toutes les interventions dites basées sur les preuves probantes (EBP, Evidence-Based Practices).

Ces quatres pilliers sont:

  • Mettre le patient au centre du processus, en tenant compte de ses valeurs, de ses attentes, de ses besoins, de son vécu, de ses priorités. Vous êtes le ou la plus grand.e expert.e en ce qui concerne votre vie et vos difficultés, il est donc primordial que vous ayez aussi le contôle du processus thérapeutique.
  • Le contexte est probablement le second facteur le plus important. Comprendre le contexte famillial, professionnel, culturel, social, institutionnel ou politique, du patient mais aussi du psychologue et de la relation thérapeutique, est indispensable pour identifier les conditions qui influencent la souffrance et celles qui vont permettre de mener à un mieux-être.
  • L’expertise du clinicien va lui permettre de créer une relation therapeutique favorisant le changement, basée sur la confiance, le respect, la transparence, ce que l’on appelle parfois l’alliance thérapeutique. C’est aussi grâce à son expertise qu’il va pouvoir collecter toutes les informations qui vont permettre de comprendre la nature des difficultés et des éventuels dysfonctionnements, identifier avec le patient le chemin à parcourir entre la situation pathogène, qui crée la souffrance, et celle désirée par la ou le patient. C’est aussi son expertise qui lui permettra de sélectionner l’intervention théraoeutique la plus indiquée, la plus efficiente, en fonction des préférences du patient.
  • La recherche scientifique dans les différents domaines qui peuvent éclairer la clinique, comme la psychologie clinique, sociale, la neurologie, la sociologie ou les neurosciences sert de fondation aux diagnostiques et aux interventions du psychologue clinicien.

Chaque parcours thérapeutique est constitué de ces différentes étapes:

  • L’entretien et l’anamnèse durant lesquels le psychologue recueille les informations concernant le patient, son environnement, ses besoins, ses souffrances, ses préférences.
  • L’analyse et la formulation d’hypothèses quant aux sources de la souffrance ou du mal-être.
  • La sélection, en commun avec le patient, de l’intervention.
  • L’intervention en elle-même.

Ces différentes étapes peuvent se répèter au cours du processus thérapeutique.